INSEPARABLE A TETE GRISE

CARACTERE ET COMPORTEMENT

 

Agapornis canus est un oiseau sociable avant tout. Il est rarement observé seul ou en couple en dehors de la période de reproduction qui a lieu de novembre à, certainement, avril en liberté (demande à être confirmé). Ainsi il n'est pas rare de pouvoir observer, aux abords de la ville, des bandes de 10 à 20 individus. Journellement, bon nombre d'inséparables visitent notre jardin, sans doute attirés par les appels des oiseaux en volière. Les canus sont souvent vu en compagnie d'oiseaux plus petits qu'eux, les Foudis de Madagascar (Foudia madagascariensis), les Spermètes naines (Lonchura nana)...

 

En captivité, ce caractère social est la règle. Les disputes ne sont jamais graves et ressemblent plutôt à "une discussion" un peu animée, jamais d'oiseau vraiment pris à partie, blessé…Nous avons eu dans nos volières des oiseaux avec les rémiges coupées par les indigènes. Ceux-ci, ne pouvant voler, étaient donc gravement handicapés. Or jamais nous n'avons remarqué d'agressivité envers eux de la part des oiseaux bien portant. Avec d'autres espèces, les plus faibles auraient pu être malmenés, voire éliminés. Or aucune perte n'a été à déplorer sur une douzaine d'oiseaux mutilés et les plumes ont repoussé en un mois environ. Les canus entretiennent également d'excellents rapports avec quelques canaris dans nos volières.

 

Un trait de ce caractère social : les membres du groupe auront les mêmes activités en même temps, à part quelques individus, toujours les mêmes, qui feront exceptions (l'homme n'est donc pas le seul à compter des marginaux dans ses rangs !). Ainsi, un peu comme les canards, les canus vont se baigner en même temps, ils mangeront également ensemble, se reposeront à la même heure, feront leur toilette de concert…

 

Canus se baignera même par temps froid (vers 10 °C). Il se mettra à l'ombre durant les heures chaudes des journées d'été et se livrera à des activités "tranquilles" telles que le toilettage (individuel et mutuel), le repos simplement…

Canus est surtout actif le matin, une heure après le levé du soleil et en fin d'après-midi. Mais il existe des exceptions que je n'explique pas : les oiseaux seront très affairés, voire excités, justement pendant la grande chaleur. Il semblerait que le caractère social de l'espèce montre encore son influence, ainsi un ou quelques oiseaux du groupe seront actifs et les autres suivront ?

 

La sociabilité remarquable de cette espèce lors de la période de reproduction en captivité n'a pas encore pu être notée. Nous y reviendrons lorsque nous serons en possession d'observations plus fiables.

 

 

Inséparable à Tête Grise est une espèce grégaire et sédentaire. Ainsi les oiseaux observés dans les environs de notre école sont presque toujours les mêmes, il s'agit des mêmes groupes avec parfois des "visites" de l'extérieur, bien signalées par une agitation et des cris remarquables. De minis migrations peuvent néanmoins avoir lieu en fonction de la nourriture disponible dans un endroit ou un autre mais l'oiseau ne quittera vraisemblablement pas la région où il est né. Il semble aussi qu'un couple ait un territoire bien défini. Celui-ci paraît réduit en ce qui concerne l'aire de reproduction (l'emplacement du nid) mais bien plus vaste pour la recherche de nourriture. Canus recherche principalement sa nourriture à terre, toujours en groupe ou au moins, mais plus rarement, en couple. Dès qu'un danger potentiel se présente, la troupe s'envole et se perche à moindre distance, pour rapidement revenir se nourrir à l'endroit précédent. Il en est de même en captivité et l'oiseau passe beaucoup de temps à terre pour se nourrir (il choisira invariablement le paddy à terre plutôt que celui dans une assiette par exemple), trottiner ou mordiller quelque brindille… Il s'envolera au moindre danger en faisant entendre son cri d'avertissement caractéristique (quelque chose comme  "pit, pit" aigu et répété rapidement). L'éleveur attentif sera ainsi prévenu du passage d'un chat ou d'un chien par exemple, mais aussi de la présence d'un serpent, d'un faucon ou d'un corbeau pie qui sont des prédateurs de l'espèce.

 

En captivité (grande volière extérieure), l'oiseau reste assez farouche lorsqu'on l'approche à moins de 5 mètres. L'utilisation de jumelles sera ainsi judicieux, ce procédé ne dérangera pas les oiseaux et permettra de les observer (presque) à leur insu.

 

L'observation régulière des oiseaux contribuera à mieux comprendre un comportement de groupe élaboré. Ainsi une hiérarchie s'établira, principalement traduite par les endroits "perchoirs", le choix des nichoirs, le bain (à chacun son tour, du plus vieux au plus jeune, les femelles d'abord !) et ce qui peut nous sembler de prime abord n'être qu'une bande d'oiseaux babilleurs est en fait une société remarquablement organisée.


 Mis à jour le 9 janvier 2012



23/10/2011
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Nature pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres